m

Lorem ipsum dolor amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget dolor massa. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus.

Baker

Follow Us:
+39 02 87 21 43 19
Mon - Fri: 07:00 am - 05:00 pm

Blog

Accueil   ok    Les mélomanes s'unissent à Riyad à l'occasion de la Journée mondiale de la musique – Arabnews fr

Les mélomanes s'unissent à Riyad à l'occasion de la Journée mondiale de la musique – Arabnews fr

https://arab.news/cpzcu
RIYAD: L’Arabie saoudite a célébré sa toute première Journée mondiale de la musique le 21 juin, alors que le pays s’est joint à la tradition musicale âgée de quarante ans, la Fête de la musique, avec des concerts et des spectacles simultanés dans quatre régions clés du Royaume.
Au cœur de la capitale saoudienne, l’ambassade de France s’est associée à la plate-forme MDLBeast, l’association d’amitié franco-saoudienne Génération 2030 et Rockstar, où les mélomanes ont dansé toute la nuit au rythme d’artistes locaux et internationaux.
L’ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, a assisté aux festivités à Riyad et a félicité le Royaume de s’être joint à cette tradition qui consiste à utiliser la musique comme langage universel pour s’unir.
«C’est le premier festival musical en Arabie saoudite, le 21 juin, Journée internationale de la musique. Nous célébrons cette année le 40e anniversaire de la Journée de la musique, qui a été inventée en France par l’ancien ministre de la Culture Jack Lang en 1982», a déclaré M. Pouille à Arab News.
«L’idée de la Fête de la musique était d’ouvrir toutes les rues et tous les espaces à tout style de musicien et de musique, des amateurs aux professionnels. Ce fut un tel succès en France, qu’il a commencé à se répandre dans le monde entier; en Europe, puis en Afrique, en Amérique, et donc aujourd’hui, quarante ans après la première édition en France, nous l’avons en Arabie saoudite, ce qui est très symbolique», nous a-t-il déclaré.
Le saxophoniste saoudien Fahad Salih a incarné cet esprit en montrant sa fierté nationale. Avec son thobe blanc impeccable et sa coiffe en forme de shemagh, il a époustouflé le public avec les sons doux de son instrument et sa capacité à fusionner les deux cultures, saoudienne et occidentale, dans une performance impressionnante.
At the invitation of @FranceinKSA & @AfasKSA, the Saudi DJ #Solskin🇸🇦 captivates the music festival stage at the @Biennale_Sa foundation in the 💚 of Diriyah, in front of a conquered audience of +1500 people. Well done!@JAXDiriyah @DGDA_SA#MUSICDAY🎧 #riyadh#FranceKSA 🇸🇦💙🇫🇷🎶 pic.twitter.com/GOFKYMfpbI
«Je suis un saxophoniste saoudien. Je suis reconnaissant ce soir d’être ici et d’avoir la chance d’échanger de la musique, qui est préparée par l’ambassade de France et MDLBeast dans le cadre d’un partenariat. C’est une grande chance d’échanger la culture», a-t-il déclaré à Arab News.
Todd Nims, résident de Riyad, né à Dhahran de parents américains, a interprété une chanson qu’il a écrite et qui est une ode à la terre de son enfance.
«Nous sommes à la fondation Diriyah Biennale, ici même dans la région de Jax, et j’ai été invité à jouer ce soir au micro ouvert. C’était fantastique, j’ai fait une chanson. Je suis Américain mais je suis né à Dhahran, et j’ai écrit une petite chanson sur l’Arabie Saoudite. Le fait de grandir ici était génial», a-t-il confié à Arab News.
Thanks to the Saudi singer & producer @Mostashiru for this superb performance during the music festival organized by @FranceinKSA and @AfasKSA in Riyadh to celebrate #MusicDay.@AfasKSA @MDLBEAST @arabnews#Francophonie in the spotlight!👍#FranceKSA 🇸🇦💙🇫🇷🎶 pic.twitter.com/o2ahuT1ZtF
À Khobar, la ville natale de Nims, le Pavillon a mis la musique française à l’honneur en jouant un ensemble de chansons françaises en présence d’un groupe saoudien local.
Sur la côte opposée, le consulat général de France de Djeddah et l’Alliance française d’Arabie saoudite se sont associés à l’Université du Commerce et de la Technologie (UBT) et ont organisé un concert dans l’auditorium flambant neuf de son campus de la Corniche Nord. Le groupe français Sweet Dreams a combiné les sons des Antilles françaises, la musique pop ainsi que la musique contemporaine et le jazz.
Sans oublier que la ville historique d’AlUla accueillera un événement privé plus tard dans la semaine, au cours duquel les spectateurs francophones seront invités à monter sur scène pour accompagner un joueur d’oud, dans une fusion de sons qui ne manquera pas de ravir les résidents et les visiteurs.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/9j2pk
CASABLANCA: Le plus grand aéronef du monde enchaine les exploits. Il vient de réussir un septième vol d’essai après être resté huit ans à l’arrêt. Les équipes de Stratolaunch ont eu l’occasion d’établir un nouveau record d’altitude, et de tester, à de multiples reprises, en ce mois de juin, leur nouveau système pour porter des avions hypersoniques.
La remise en service du roc n’est pas étrangère au succès tout récent des avions hypersoniques qui connaissent actuellement un succès certain, tant au niveau militaire que civil. En témoigne l’annonce récente qui n’est pas passée inaperçue du Stargazer, un aéronef, en projet, concevons la possibilité un jour de transporter des passagers d’un point à un autre urbi et orbi en une heure. 
Le Roc de Stratolaunch, détenant toujours le record du plus grand avion du monde et les équipes qui ont participé à le concevoir sont associées aux travaux de recherche de conception du Stargaze.
Généalogie
L’engin a, en tout premier lieu, été conçu pour faire parvenir des lanceurs spatiaux à une altitude avoisinant les 10 000 m. Stratolaunch a connu une seconde stratégie consistant à redéployer l’engin vers un autre usage, celui consistant à faire de l’avion géant un transporter des aéronefs hypersoniques.
En ce sens, le Roc, avec ses 117 m d’envergure et ses 225 tonnes, vient de compléter son septième vol au-dessus du désert des Mojaves.
L’appareil a pour la première fois atteint une altitude de 8 200 m au terme de trois heures et une minute de vol atteignant son nouveau record.
Mission complete! Roc is back on the ground as of 10:41 a.m. PT pic.twitter.com/YM2UJlcA7p
Des vols hypersoniques dès 2023
Lors de ce dernier essai, en plus d’atteindre une nouvelle performance jamais égalée pour l’engin, l’équipe a pu valider son système de pylône installé sous l’aile centrale, ce qui était, à l’origine, le premier enjeu.
La structure pèse un peu plus de trois tonnes et demie. Elle servira à fixer et à lancer les avions hypersoniques associés aux tests, l’objectif est de répondre à un possible usage militaire qui peut être fait de l’engin et que propose l’entreprise au gouvernement américain à partir de l’année prochaine.
Renaissance
Après deux ans de mise au placard, le Roc a effectué en mai dernier son deuxième vol d’essai. L’avion devait originellement être une plateforme de lancement pour la fusée aéroportée Pegasus XL de Northrop Grumman. Mais depuis 2019, le nombre de vols à l’actif de l’engin reste faible et l’usage peu fréquent. Malgré la prouesse technique de faire voler un avion aussi imposant dans le ciel, pour l’instant les résultats commerciaux furent assez mitigés voir médiocres en raison de la faible demande du marché concernant l’usage civil que propose l’engin. 
 
https://arab.news/wpnb4
LONDRES : Beyrouth a longtemps été reconnue comme la capitale artistique et culturelle du Moyen-Orient. Mais la crise financière et l’instabilité politique du Liban, ainsi que l’explosion dévastatrice du port de Beyrouth en août 2020, ont entraîné la destruction d’une grande partie de la ville et rendu la vie de plus en plus difficile pour sa communauté créative.
À l’heure où la reconstruction se poursuit dans la capitale libanaise tant appréciée, les architectes et les designers continuent de s’engager pour défendre et commémorer la richesse de son patrimoine architectural – les bâtiments modernes côtoient les édifices ottomans ; les structures romaines et byzantines s’ajoutent aux clins d’œil stylistiques aux Phéniciens, aux Omeyyades, aux Croisés, aux Mamelouks et aux Français.
L’architecte franco-libanaise Annabel Karim Kassar, lauréate de la London Design Medal, présente une nouvelle installation au Victoria and Albert Museum de Londres. L’exposition intitulée « The Lebanese House: Saving a Home, Saving a City » est présentée jusqu’au 21 août.
L’explosion du port de Beyrouth a gravement endommagé des centaines de bâtiments patrimoniaux situés principalement dans les quartiers historiques du centre-ville, de Mar Mikhaël et de Gemmayzeh. Plusieurs parmi ces édifices étaient déjà dans un état de délabrement. Le gouvernement libanais n’a jamais accordé un grand intérêt à leur restauration.
« Ce n’est pas parce que la situation au Liban est désastreuse que nous devons cesser de parler de culture, de patrimoine et de préservation », a déclaré Kassar à Arab News. « Une partie de mon devoir et de ma mission en tant qu’architecte consiste désormais à parler de ce qui est arrivé aux bâtiments de Beyrouth après l’explosion et à sensibiliser à la nécessité de leur préservation. »
L’installation de Kassar reflète sa mission en cours qui vise à restaurer Bayt K, l’une des rares maisons ottomanes-vénitiennes classiques restantes dans les quartiers historiques de Gemmayzeh, dans le vieux Beyrouth, et sur laquelle elle travaillait depuis plusieurs années avant l’explosion. En 2017, Kassar a dévoilé Handle with Care, un projet axé sur la conservation de Bayt K, pour la Beirut Design Week. Le projet était une intervention publique soulignant l’importance de la conservation et de la restauration des bâtiments historiques ottomans-vénitiens de la ville portuaire, notamment à la suite de la guerre civile libanaise et de l’essor de la construction commerciale de Beyrouth autour de 2014. (Selon CNN, les achats immobiliers ont totalisé 8,7 milliards de dollars pour la seule année 2014 et environ 400 projets de construction sont en cours dans la capitale libanaise).
Cet essor s’est aujourd’hui dissipé dans le contexte de la crise politique et économique que traverse le Liban. Mais la mission de Kassar de préserver Bayt K a pris un nouvel élan à l’étranger avec son installation au musée V&A – une reconstruction en taille réelle de la façade du bâtiment, créée par des artisans beyrouthins venus de Beyrouth à Londres. L’installation a été construite à la main sur le site du musée. « Des carreaux, du marbre et d’autres pièces provenant de la maison originale ont tous été utilisés dans l’installation à Londres », a-t-elle déclaré.
La pièce maîtresse de l’installation est une triple arcade, archétype de l’architecture libanaise traditionnelle du XIXè siècle. Kassar a également réinterprété le liwan traditionnel – un petit salon situé dans le hall d’entrée d’une résidence libanaise traditionnelle – et recréé une salle de réception typique, agrémentée de longs coussins colorés, invitant les visiteurs du musée à s’arrêter pour contempler l’installation et sa signification.
La reconstitution de Bayt K au musée V&A a vocation à encourager les efforts en vue de la restauration et la reconstruction de Beyrouth. L’installation comprend trois films documentaires d’accompagnement, commandés par Kassar, et réalisés par Wissam Charaf et Florence Strauss. Ces films explorent l’incidence émotionelle de l’explosion à travers des entretiens avec des habitants de Beyrouth.
Depuis son ouverture au milieu du XIXè siècle, le musée V&A a manifesté un intérêt pour la conservation architecturale dans le monde entier. Grâce à son programme Culture in Crisis, il fait office de ressource et de centre pour la protection du patrimoine culturel mondial. Par exemple, le projet éditorial du V&A, Beirut Mapped, explore l’impact de l’explosion et ses conséquences économiques et politiques du point de vue des artistes et des écrivains qui y vivent.
Selon Kassar, l’exposition « Saving a Home, Saving a City » met à l’honneur la maison libanaise – sa préservation, son patrimoine et sa beauté – comme un moyen pour rappeler aux spectateurs le riche passé du Liban. Une maison est un lieu de souvenirs, une structure où les familles vivent souvent pendant des générations, et un lieu qui devient un élément crucial de l’identité humaine et culturelle.
Comme l’affirme Kassar : « Cette exposition ne porte pas seulement sur nos maisons, mais aussi sur les souvenirs des gens et la continuité – c’est quelque chose qui manque beaucoup à Beyrouth aujourd’hui.
« Je veux que les gens se souviennent de leur ville et de son histoire à travers ces maisons », poursuit-elle. « Il ne s’agit pas seulement d’architecture ; il s’agit de souvenirs qui sont transmis à travers les générations.
https://arab.news/jzs7y
AMBOSELI : “Choucador superbe: deux”, “pic de Nubie: un”… Plantés au milieu de la savane kényane, deux hommes recensent les oiseaux, avec en arrière-plan le Kilimandjaro. Ce programme pilote dans la réserve privée du Selenkay vise à mesurer la richesse naturelle et à en tirer un jour de nouveaux revenus, en plus du tourisme.
La dizaine de tentes luxueuses du camp voient affluer à nouveau les touristes, après l’arrêt lié au Covid-19. Ils observent en petit comité éléphants, girafes, antilopes ou lions sur 5 000 hectares, situés au bord du parc national d’Amboseli, dans le sud du pays, et ont un aperçu de la vie des Masai, les propriétaires des terres.
La réserve “n’est pas isolée des communautés, ça leur appartient”, insiste un manager du camp, Daniel Mamai. Aucune clôture ne la sépare des terres utilisés par les éleveurs pour leurs vaches, moutons, chèvres et ânes.
“Avec le Covid-19, le tourisme s’est complètement effondré et nous avons réalisé que nous avions besoin de trouver d’autres moyens d’augmenter les recettes pour continuer à payer les loyers” aux Masai, raconte à l’AFP Mohanjeet Brar, le directeur général de la société Gamewatchers safaris, locataire des terres et gestionnaire de la réserve.
Une des pistes consiste à mesurer la quantité de carbone stockée par la végétation et les sols ainsi que la richesse biologique de leurs réserves, pour en tirer des crédits carbone et biodiversité.
“Nous voulons comprendre ce qu’est un écosystème de prairies en bonne santé et comment en monétiser certains aspects”, indique Mohanjeet Brar.
Une entreprise pourrait ainsi compenser ses émissions de CO2 ou ses activités polluantes. Si le marché des crédits carbone est bien installé, bien que loin d’être parfait, celui des crédits biodiversité reste à créer.
Absence de pluie
Andrew Davies, chercheur à l’université américaine de Harvard qui participe au projet, s’intéresse à “la relation entre le carbone, la structure végétale, l’intégrité des écosystèmes et la biodiversité”, explique-t-il à l’AFP.
Pour mieux comprendre ces interactions, la quantité de carbone stockée dans les arbres et dans le sol est mesurée, notamment avec un drone. Côté biodiversité, des caméras et des enregistreurs acoustiques placés dans et en dehors de la réserve permettent de voir quels animaux sont présents, et leur densité.
Une observation visuelle vient compléter le dispositif. Pendant un mois, matin et soir, des membres de l’équipe se postent à des points précis et relèvent tous les animaux vus et entendus pendant 10 minutes. “Nous avons besoin de données”, explique un des guides, Nicholas Koyieyo, notant une trace fraîche de girafe sur le sol craquelé et poussiéreux, en manque de pluie.
“La biodiversité est-elle plus importante dans ou en dehors de la réserve, et qu’est-ce qui favorise cette croissance? Une fois que nous le saurons d’un point de vue scientifique, nous pourrons penser à en faire un crédit à vendre”, indique Andrew Davies.
Dans un premier temps, il s’agit de vendre des crédits carbone car le marché est en place et les Masai en verront rapidement les fruits, poursuit-il. Dans un deuxième temps, le zoologiste espère que des crédits biodiversité seront vendus.
“Notre but est qu’au moins 60% (des revenus tirés des crédits carbone) aillent aux propriétaires terriens”, précise Mohanjeet Brar.
Gamewatchers safaris fournit des revenus aux Masai via la location des terres, des emplois – tous les rangers et la quasi-totalité de l’équipe de Selenkay – ou encore de l’eau pour les habitants et le bétail.
Terres clôturées
Mais les conditions de vie sont difficiles, comme le souligne Noolasho Keteko, une des femmes du village masai qui borde la réserve. Cette mère de huit enfants, cheveux ras et parée de bijoux de perles colorées, tire aussi des revenus des visites des touristes au village de huttes en terre et de la vente de bijoux.
Mais le camp ferme en avril et mai pour la saison des pluies et le village aurait alors besoin d’assistance, explique-t-elle.
Avec le revenu complémentaire tiré des crédits carbone et biodiversité, les éleveurs pourraient réduire le nombre de têtes de bétail, “cela laisserait plus de temps à l’herbe et aux arbres pour se régénérer et nous aurions un écosystème plus équilibré dans et en dehors de la réserve”, estime Nicholas Koyieyo.
Ils veulent aussi éviter que les terres soient vendues, transformées en champs et clôturées, empêchant la faune sauvage de se déplacer librement. A quelques kilomètres de la réserve, une haute clôture barre déjà le paysage pour faire place à des champs.
Les touristes, eux, profitent du spectacle d’une douzaine d’éléphants se désaltérant à un point d’eau, sans être forcément conscients de tous ces enjeux. Mais pour Maxine Gardner, une retraitée américaine de 69 ans, son séjour à Selenkay lui aura permis d’être plus “sensibilisée à notre impact” sur la nature.

source

POST A COMMENT

0

PANIER Is Empty

No products in the cart.